ActualitésInformations

La Charentaise TCHA fait de la résistance et recherche de nouveaux investisseurs

La France est une terre de traditions qui a su développer un savoir-faire exceptionnel dans de nombreux domaines : le vin, la gastronomie, les parfums, la mode…et la charentaise.

Mais pas n’importe laquelle ! L’authentique charentaise, douillette et confortable, est forcément “Made in Charente”.

Or depuis quelques années, le secteur est en crise. Entre l’hiver qui devient de plus en plus doux, le climat de tensions dans notre beau pays (gilets jaunes, grèves…), l’explosion des ventes en ligne, les fournisseurs qui deviennent sceptiques, la perte de confiance générale des acteurs financiers et institutionnels… de multiples causes cumulatives ont eu raison de nombreuses entreprises reconnues.

À tel point qu’en novembre dernier, de nombreux médias ont titré sur “la fin de la charentaise”

Mais faut-il se résoudre à la disparition du célèbre chausson ?

La Charentaise est un des fleurons de notre patrimoine, un petit morceau de France protégé depuis mars 2019 par son “indication géographique” qui séduit aussi à l’international par son authenticité, son histoire et son aura “made in France”.

La charentaise évoque les vacances, la douceur de vivre, le bien-être, l’élégance à la française et ce petit “je-ne-sais-quoi” qui fait des adeptes : il suffit de la porter pour ne plus pouvoir s’en passer !

Des particuliers jusqu’aux “people”, la charentaise compte de nombreux inconditionnels. Tout le monde connaît par exemple l’amour que Bruno Masure porte à ces chaussons qu’il portait pour présenter le journal télévisé.

Gérard Jugnot lui ne jure que par Les Charentaises TCHA, une référence incontournable quand il s’agit de véritables charentaises, à la fois design et cosy.

Le dessinateur Siné était également grand amateur de cette marque et possédait la collection « minimal » dans toutes ses couleurs !

Mais La Tcha séduit aussi un public de plus en plus jeune qui trouve dans La Charentaise TCHA une cohérence avec leur style de vie orienté hygge, cette tendance lifestyle venue du nord : privilégier le confort et la qualité, consommer de manière plus responsable, vivre mieux avec moins de stress…

Car oui, La Charentaise TCHA est encore là et elle tente de sauver cette activité “so frenchy”, riche de traditions et monument de notre patrimoine. Lâchée à contrecœur par son partenaire, un fonds d’investissement régional qui cesse malheureusement ses activités dans la région, La Tcha cherche aujourd’hui de nouveaux investisseurs pour donner un second souffle à sa production. L’enjeu est de taille, puisqu’avec six points de ventes prestigieux dans l’hexagone, des acheteurs au Japon, aux États-Unis, en Suisse, en Italie et même au Canada, la demande et les projets sont toujours là !

La Charentaise TCHA : plus qu’un chausson, un morceau de l’identité française

Alors que l’engouement pour le Made in France ne se dément pas, La Charentaise TCHA est un authentique symbole de l’excellence à la française.

Chaque chausson est le fruit d’une histoire de passion, de tradition et de savoir-faire. Avec une touche de modernité, pour la porter avec style et l’entretenir facilement.

Résolument tendance, La Charentaise TCHA, c’est :

Une qualité ultra-premium en matière naturelle noble : feutre naturel, laine merinos, cuir nappa pleine fleur… et semelle intérieure amovible en mousse latex et cuir naturel. Innovante : tant elle allie matières naturelles, confort et simplicité d’utilisation ! Un travail de conception qui a valu à la collection le prix de l’Observatoire du Design en 2016, un prix qui récompense les créations les plus emblématiques du design français. La Charentaise TCHA a également reçu le prix de l’objet de mode (salon Maison & Objet).

Une technique artisanale séculaire : le cousu-retourné, un procédé qui n’utilise pas de colle. Cette technique consiste à coudre les différentes parties fabriquées en matières naturelles à l’envers. Puis, une fois l’assemblage effectué, de retourner la charentaise pour lui donner sa silhouette charismatique. En plus de ses finitions parfaites, la technique du cousu-retourné permet de conserver la souplesse naturelle des matériaux nobles utilisés.

Des modèles tendance, design et élégants : la forme de la pantoufle a été affinée et la charentaise se décline dans de nombreux coloris pour faire de La Charentaise TCHA un modèle indoor ou outdoor dans l’air du temps.

Un confort incomparable : ces chaussures-chaussons sont légères et respirantes comme une seconde peau. La semelle intérieure amovible, appelée “douillette”, sublime le confort tant recherché de la charentaise, et lui donne son confort « nuage ».

Un entretien facile : la semelle intérieure de La Charentaise TCHA est amovible (et donc simple à remplacer) et lavable.

De l’authenticité : chaque charentaise est française et même “Made in Charente”, puisqu’elle est conçue par une poignée d’artisans locaux.

Sauvegarder la charentaise, c’est défendre notre histoire et notre patrimoine

Ces chaussons de feutre originaires de Charente, au confort inégalé, sont nés au XVIIe siècle, sous le prestigieux règne de Louis XIV.

Ils étaient fabriqués à partir des rebuts de feutre de la marine royale. Cette étoffe servait à la fabrication des pèlerines suite à la fortification de la ville de Rochefort par Colbert en 1666. Leur fabrication se développe ensuite grâce au feutre utilisé dans l’industrie papetière, alors implantée en Charente et sur ses affluents, dans la région d’Angoulême. Le feutre ainsi “pressé” devenait imperméable et les chaussons confortables, chauds et fonctionnels.

À l’origine, l’ancêtre de la charentaise se glissait dans les sabots pour améliorer leur confort tout en gardant les pieds au chaud. Par la suite, elle était surtout portée par les valets des belles demeures de la noblesse française. Les valets pouvaient se déplacer dans la chambre de leur maître sans le réveiller. Ils marchaient ainsi “à pas feutrés” lors de leurs nombreux allers et venues tout en briquant les prestigieux parquets. Astucieux non ? C’est de cette utilisation que provient leur surnom : “les silencieuses”.

Au début du XXe siècle, un cordonnier (charentais encore !) a eu la brillante idée de doter ces pantoufles d’une semelle rigide. La véritable Charentaise telle que nous la connaissons aujourd’hui était née.

Un look résolument fashion et contemporain

Exit les motifs écossais lourds et démodés. La Charentaise TCHA relookée offre des lignes élégantes, épurées, redessinées pour être portées à l’intérieur comme à l’extérieur. Prônant la qualité et le souci du détail, ses collections se déclinent dans de nombreuses couleurs et matières.

Ensuite, c’est juste une histoire de goût. Il y a les amoureux(ses) de la légèreté de son feutre coupé franc, les accros au chic cosy de son cœur en chic laineux 100% naturel…

Dans tous les cas, chaque modèle offre le parfait équilibre entre confort et style, quelle que soit la saison, été comme hiver.

Le résultat est là, subtil et intemporel : une silhouette simple et singulière, emblématique du savoir-vivre à la française, mélange incontesté d’élégance et de nonchalance.

Un produit d’excellence aujourd’hui menacé !

La Charentaise TCHA vit actuellement une situation paradoxale.

Chaque jour, elle se bat pour préserver ce formidable pan de notre culture, aujourd’hui menacé.

Jusqu’à présent accompagnée par un fonds d’investissement régional qui cesse ses activités dans la région, elle doit désormais trouver un investisseur pour relancer sa production et faire face aux demandes nationales et internationales qu’elle reçoit.

Son profil investisseur idéal ? Un(e) associé(e) expérimenté(e), une entreprise du secteur, un réseau de retailers, un fond d’investissement ou un mécène tout simplement, à la recherche d’un projet d’entreprise à taille humaine, à forte valeur éco-responsable, amoureux des belles finitions, de la France et de son héritage culturel !

Pourtant, la demande est là et les opportunités sont nombreuses !

Un exemple avec la Collection TCHA X VERSAILLES, créée en co-branding avec le Château de Versailles. Elle est vendue en exclusivité in situ, au château. Par sa fabrication, elle incarne l’excellence de l’origine française. Elle permet de faire rayonner l’authentique savoir-faire charentais aux yeux du monde.

Preuve supplémentaire de l’engouement autour de la charentaise traditionnelle en cousu-retourné, 2 projets de création d’ateliers sont en cours, avec un début d’activité en avril.

Jean-Luc Bouriau, le dirigeant, souligne : « Aujourd’hui nous devons nous réorganiser et trouver investisseurs ou associés pour repartir. Il y a tant de belles opportunités à saisir pour satisfaire nos (futurs) clients ! Grâce à notre offre unique et exceptionnelle et à notre potentiel à l’export, nous disposons de beaucoup d’atouts pour réussir et maintenir les emplois que nous avons créés. J’ambitionne d’ailleurs de recruter 5 à 10 collaborateurs dans la première phase de relance. »

À propos de Jean-Luc Bouriau, ambassadeur de la charentaise “Made in France”

Jean-Luc Bouriau a été initié à la beauté des charentaises par son grand-père, un bourrelier-sellier et patronnier de chaussures et charentaises qu’il fabriquait sous ses yeux pour la famille. Pour le plus grand plaisir de son petit-fils, il créait aussi avec lui des tenues de chevalier, cow-boy et autres héros d’enfance…

Un plaisir que Jean-Luc retrouvera bien des années plus tard.

Il confie : « En concevant et en fabriquant les TCHA, cette période de mon enfance joyeuse remonte dans ma mémoire avec les odeurs du cuir, le plaisir de créer et de réaliser un produit « unique »… »

Après une formation à l’école des beaux-arts d’Angoulême et une carrière dans le marketing et la communication, Jean-Luc Bouriau souhaitait en effet créer son entreprise. Il n’a pas hésité un seul instant lorsque qu’en 2011 l’opportunité de relancer la charentaise s’est présentée.

Jean-Luc Bouriau reprend donc le projet et décide de défendre ce produit en conservant ce savoir-faire charentais le « cousu-retourné » et fonde la SARL La Nouvelle Charentaise.

Il a trouvé dans ce produit tout ce que qu’il recherchait, à savoir, l’esthétisme, le potentiel de développement et une éthique de fabrication puisque Les Charentaises TCHA sont 100% naturelles et fabriquées localement, ce qui permet d’en assurer la qualité.

La technique du « cousu-retourné » est conservée, le geste reste le même depuis plus de 200 ans sur des machines adaptées à la production d’aujourd’hui, pour un produit d’exception.

Tags

Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com autres sites https://www.riskassur-hebdo.com https://notre-siecle.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :