Fables

L’OISEAU BLESSÉ D’UNE FLECHE de Jean de La Fontaine

Mortellement atteint d’une flèche empennée,

Un Oiseau déplorait sa triste destinée,

Et disait, en souffrant un surcroît de douleur :

Faut-il contribuer à son propre malheur ?

Cruels humains, vous tirez de nos ailes

De quoi faire voler ces machines mortelles.

Mais ne vous moquez point, engeance sans pitié :

Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre.

Des enfants de Japets toujours une moitié

Fournira des armes à l’autre.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.

Fermer
%d blogueurs aiment cette page :