L’AIGLE ET L’ESCARBOT

Temps de lecture : 2 minutes

L’Aigle donnait la chasse à Maître Jean Lapin,

Qui droit à son terrier s’enfuyait au plus vite.

Le trou de l’Escarbot se rencontre en chemin :

Je laisse à penser si ce gîte

Était sûr ; mais où mieux ? Jean Lapin s’y blottit.

L’Aigle fondant sur lui nonobstant cet asile,

L’Escarbot intercède et dit :

Princesse des Oiseaux, il vous est fort facile

D’enlever malgré moi ce pauvre malheureux ;

Mais ne me faites pas cet affront, je vous prie.

Et puisque Jean Lapin vous demande la vie,

Donnez-la-lui de grâce, ou l’ôtez à tous deux :

C’est mon voisin, c’est mon compère.

L’Oiseau de Jupiter, sans répondre un seul mot,

Choque de l’aile l’Escarbot,

L’étourdit, l’oblige à se taire,

Enlève Jean Lapin. L’Escarbot indigné

Vole au nid de l’Oiseau, fracasse en son absence

Ses oeufs, ses tendres oeufs, sa plus douce espérance :

Pas un seul ne fut épargné.

L’Aigle étant de retour et voyant ce ménage,

Remplit le ciel de cris, et, pour comble de rage,

Ne sait sur qui venger le tort qu’elle a souffert.

Elle gémit en vain, sa plainte au vent se perd.

Il fallut pour cet an vivre en mère affligée.

L’an suivant elle mit son nid en lieu plus haut.

L’Escarbot prend son temps, fait faire aux oeufs le saut :

La mort de Jean Lapin derechef est vengée.

Ce second deuil fut tel que l’Écho de ces Bois

N’en dormit de plus de six mois.

L’oiseau qui porte Ganymède

Du Monarque des Dieux enfin implore l’aide,

Dépose en son giron ses oeufs, et croit qu’en paix

Ils seront dans ce lieu, que pour ses intérêts

Jupiter se verra contraint de les défendre :

Hardi qui les irait là prendre.

Aussi ne les y prit-on pas.

Leur ennemi changea de note,

Sur la robe du Dieu fit tomber une crotte :

Le dieu la secouant jeta les oeufs à bas.

Quand l’Aigle sut l’inadvertance,

Elle menaça Jupiter

D’abandonner sa Cour, d’aller vivre au désert,

Avec mainte autre extravagance.

Le pauvre Jupiter se tut :

Devant son Tribunal l’Escarbot comparut,

Fit sa plainte, et conta l’affaire :

On fit entendre à l’Aigle enfin qu’elle avait ton ;

Mais les deux ennemis ne voulant point d’accord,

Le Monarque des Dieux s’avisa, pour bien faire,

De transporter le temps où l’Aigle fait l’amour

En une autre saison, quand la race escarbote

Est en quartier d’hiver, et comme la Marmotte

Se cache et ne voit point le jour.

 

À propos perelafouine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.