ActualitésOrganisation

À la rentrée 2021, la « Cass Business School » devient la « Bayes Business School »

En juillet 2020, la Cass Business School (école de commerce de la City University of London) s’était engagée à changer de nom à la suite des révélations sur le lien entre la traite des esclaves et la fortune de Sir John Cass.

La décision de devenir la Bayes Business School est le fruit d’un processus de consultation complet et transparent entre les parties prenantes concernées. Invitée à proposer des noms via une plateforme en ligne, la communauté de la City a suggéré plus de 150 noms potentiels. Plus de 8 000 employés et étudiants (anciens, actuels et futurs) ont ensuite donné leur avis sur la liste réduite et le nom de Bayes Business School s’est imposé sans conteste.

Thomas Bayes (1702-1761) était un théologien et mathématicien anticonformiste surtout connu pour ses travaux fondateurs sur la probabilité conditionnelle. Il est enterré à Bunhill Fields, en face de l’école.  Son théorème suggère que l’on se rapproche de la vérité en révisant continuellement nos croyances au fil des nouvelles informations entrant en notre possession. Outre sa personne, c’est surtout ce concept qui se cache derrière l’adoption de son nom.

Les principes de Bayes sont devenus centraux en finance, en science actuarielle et dans de nombreuses autres branches de la gestion qui constituent les principales disciplines enseignées à la Business School. Ils sont également à la base de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique.

Le nouveau nom sera officiellement adopté le lundi 6 septembre 2021, pour la rentrée universitaire 2021-2022. Jusqu’à cette date, l’école continuera d’être désignée par « la Business School (anciennement Cass) ».

Le Professeur Paolo Volpin, doyen de la Business School (anciennement Cass), déclare à cet égard :  « Nous pensons que la Bayes Business School possède désormais un nom qui reflète son identité et ses valeurs.  Bien que Bayes soit une figure du passé, ses idées et son nom restent bien davantage associés à l’avenir.

Plus de 8 000 employés et étudiants (anciens, actuels et futurs) ont pris part au processus de consultation pour nous aider à choisir notre nouveau nom. Nous tenons à les remercier chaleureusement pour leur fervente contribution. Nous avons écouté toutes nos parties prenantes et nous prenons leurs inquiétudes très au sérieux.

Je suis fier de notre nouveau nom et des mesures que nous prenons pour construire un environnement réellement inclusif pour l’ensemble de notre personnel, de nos étudiants et de nos anciens élèves. »

Mme Julia Palca, présidente du conseil de la City déclare en outre :

« Le théorème de Bayes est très important pour notre école : nous sommes situés au cœur d’un grand centre financier et technologique, dans l’une des villes les plus cosmopolites du monde.

Les idées de Bayes nous renvoient à ce que nous voulons pour les étudiants de la Bayes Business School : leur permettre de devenir des dirigeants capables de réfléchir clairement aux incertitudes qui pèsent sur notre avenir.

En continuant d’utiliser le nom de Sir John Cass, nous aurions rendu hommage à une personne qui a profité de l’esclavage pour s’enrichir, ce qui est parfaitement incompatible avec nos valeurs de diversité et d’inclusion. »

Sir Paul Curran, professeur et président de la City University of London, déclare quant à lui :

« Le changement de nom de notre école marque le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire de la City. Il ne s’agit en aucun cas de la fin de nos efforts pour lutter contre les discriminations raciales.

L’été dernier, la City a réexaminé ses sources de financement historiques afin de tirer des leçons du passé. Nous sommes à l’écoute de notre communauté et nous continuons à prendre des mesures pour nous assurer que la City est un lieu de diversité et d’inclusion où chacun peut étudier et travailler.

Ces mesures vont au-delà d’un simple changement de nom. Elles ont pour but d’améliorer non seulement nos formations, mais également la vie de notre communauté universitaire. »

Plus qu’un simple changement de nom

L’université est déterminée à lutter contre les problèmes d’inégalités et d’opportunités, en particulier en lien avec l’origine ethnique ou raciale.

C’est ainsi qu’elle a décidé de financer tous les ans cinq bourses doctorales pour les étudiants britanniques Noirs (une pour chaque école de la City University, dont fait partie la Business School). De plus amples détails seront annoncés prochainement.

Parmi ses autres initiatives importantes, on peut notamment indiquer qu’elle a demandé à rejoindre la Charte en matière d’égalité raciale de l’organisme pour l’enseignement supérieur Advance HE, qu’elle poursuit sa lutte pour réduire les inégalités d’obtention des diplômes, et qu’elle travaille en partenariat avec les étudiants et syndicats d’étudiants pour apporter des solutions au problème de la sous-représentation.

Toujours dans le but de lutter contre la sous-représentation au sein de l’école, la Business School va également lancer un vaste programme de bourses à destination des étudiants Noirs de premier cycle domiciliés au Royaume-Uni. Ce programme sera mis en place pour une durée de dix ans à compter de la rentrée 2022-2023 et proposera dix bourses par an couvrant les frais d’inscription ainsi qu’un revenu annuel.

L’école a mis en place un Conseil de la diversité et de l’inclusion chargé de l’ensemble de ses travaux en faveur de l’égalité, de la diversité et de l’inclusion. Elle a également constitué un Groupe consultatif pour l’équité et l’intégration raciale. Celui-ci rassemble des étudiants, des enseignants, des membres du personnel et des anciens élèves issus des communautés noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques (communément appelées BAME) et s’efforce d’améliorer l’avancement et l’expérience des étudiants et du personnel.

La City University emploie actuellement l’acronyme BAME car il reflète la façon dont les données sur le personnel et les étudiants sont recueillies et enregistrées et nous permet de remplir nos obligations en matière de rapports et de nous aligner sur les autres établissements d’enseignement supérieur. Toutefois, nous avons conscience qu’il est considéré comme problématique et nous revoyons actuellement le langage que nous employons pour parler des origines raciales et ethniques.

Enfin, la Business School a aussi entrepris un travail conséquent pour intégrer davantage ses valeurs d’éthique et de responsabilité sociale dans ses formations. Son objectif est de former des dirigeants d’entreprise responsables qui sauront construire un avenir prospère, équitable et durable.

À propos de l’école

La Business School (anciennement Cass) est une école de commerce à la renommée internationale caractérisée par des connaissances de pointe, des formations innovantes et une communauté dynamique.  Toujours à l’avant-garde des formations commerciales, notre école forme depuis plus de 50 ans des dirigeants qui aident les entreprises à prospérer dans un monde incertain en constante évolution.

Elle est située au cœur d’un des plus grands centres financiers du monde et possède d’étroites connexions à la fois avec le quartier d’affaires de la City et avec le cluster technologique de la Tech City.

Les enseignants sont des experts dans leurs domaines et mènent des recherches de pointe qui ont des répercussions concrètes dans le monde réel.  La dernière évaluation du programme Research Excellence Framework a conclu que 84 % de nos activités de recherche pouvaient être qualifiées de pionnières ou se démarquaient par leur excellence au niveau international.

L’école accueille près de 4 000 étudiants chaque année grâce à des cursus mondialement renommés couvrant tous les niveaux de formation, qu’il s’agisse du premier cycle universitaire, du second cycle ou de la formation des cadres dirigeants.  Une fois leur diplôme en poche, nos étudiants rejoignent une solide communauté d’anciens élèves composée de plus de 48 000 professionnels disséminés dans plus de 160 pays.

perelafouine

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :