ActualitésCryptoMonnaies
A la Une

Y a-t-il la place pour d’autres cryptomonaies face au Bitcoin ?

Ce matin, le Bitcoin reste à plus de 50 000 dollars, mais attention son cours n’est pas gravé dans le marbre. Même si, en théorie, il pourrait devenir plus précieux que l’OR, le jour « on aura miné » le dernier Bitcoin, contrairement à l’OR, les mineurs en trouvent tous les jours.

Le Bitcoin est une valeur totalement virtuelle, basée sur strictement rien de tangible, juste un phénomène d’offre et de demande, sans aucun organe de régulation. Personne ne peut me contredire si j’affirme que dans le courant de l’année, le cours du Bitcoin pourrait passer à 500 000 dollars ou s’effondrer à 5 000 dollars. Ou bien, comme pourrait le dire Anne Roumanoff « on ne nous dit pas tout » et il y aurait un régulateur quelque part. Mais, je ne crois pas que ce soit le cas.

Aujourd’hui, quelles que soient les variations du cours du Bitcoin, il s’est imposé dans le paysage financier. Il faut que les petits investisseurs soient prudents, c’est une valeur volatile, pas question d’y mettre les économies dont on peut avoir besoin demain matin, mais de l’argent qui peut rester à dormir longtemps. Et attention aux escrocs, qui se font passer pour des courtiers en Bitcoins et ne font que détourner les économies de gens trop naïfs, sans placer le moindre euro en quoi que ce soit.

Mais, dans le monde des cryptomonnaies, il n’y a pas que le Bitcoin, il en existerait des milliers, près de 2 400 en 2019 (source : coinmarketcap via Wikipédia).

Il y a quelques-unes, en dehors du Bitcoin qui tirent leur épingle du jeu : Ethereum (créé en 2015), Tether (créé en 2015), Ripple (créé en 2015), Litecoin (créé en 2013), …

A la limite, n’importe qui peut lancer une nouvelle cryptomonnaie, c’est basé sur une technologie Blockchain, bien connu aujourd’hui.

Toutefois, créer une cryptomonnaie de plus, ça ne sert à rien, c’est comme créer une monnaie de plus. Ce n’est pas parce que Mark Zuckerberg lance sa cryptomonnaie, tout hyper-milliadaire qu’il est et à la tête d’une des GAFA (Facebook)que ça va marcher. Elon Musk ne crée pas sa cryptomonnaie, mais s’accroche au Bitcoin et va permettre d’acheter ses bagnoles Tesla en Bitcoins.

Dans le monde des monnaies réelles, celles qui ont un réel poids sur les économies, se comptent les doigts d’une main, principalement : Dollar Américain (il faut préciser Américain, il y a une multitude de dollars sur Terre), Euros, Livre Sterling, Franc Suisse, Yen et c’est à peu près tout. Ce sont des devises convertibles (c’est-à-dire que je peux me rendre dans n’importe quel pays avec – par exemple – des euros et les convertir dans la monnaie locale).

Si demain, les cryptomonnaies étaient utilisées pour des achats courants et ce sera peut-être le cas avec le Bitcoin, y aura-t-il la place pour ces milliers de cryptomonnaies ?

Certainement pas, on peut imaginer que quelques-unes, comme les monnaies, sortiront du lot. Naturellement le Bitcoin et pas spécialement les 3 ou 4 suivantes dans l’ordre de leur puissance dans le monde des cryptomonnaies.

Impossible d’imaginer d’avoir un portefeuille de 500 cryptomonnaies différentes et à la caisse d’un magasin de choisir dans le lot laquelle utiliser pour payer.

On peut le faire avec quelques cryptomonaies, 5 ça serait déjà le bout du monde. Dans le monde des monnaies réelles, je l’ai vu en Suisse, où dans certains cantons, on peut, au moment de payer par carte bancaire dans un magasin, choisir entre Franc Suisse ou Euro.

Parce que le Bitcoin sort du lot et va être utilisé comme moyen de paiement, ce qui poussera les autres cryptomonnaies, à quelques exceptions près à être marginalisées et à disparaitre.

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.

%d blogueurs aiment cette page :