ORIBIKY : solution de vélos partagés en libre-service à Paris

Temps de lecture : 3 minutes

Aujourd’hui, de nombreuses villes recherchent des solutions nouvelles et écologiques pour améliorer la mobilité de leurs administrés, créer des emplois et encourager l’économie du partage.

C’est pour répondre à leurs besoins que Yann Poincloux a fondé Oribiky, le premier service de vélo à assistance électrique en libre-service qui adopte un fonctionnement de stationnement unique, appelé le semi-floating.

Oribiky a créé un nouveau mode d’utilisation des vélos électriques partagés qui répond à un besoin de mobilité courte et moyenne distance, de 1 à 10 kilomètres.

Le service fonctionne avec une application mobile compatible avec iPhone et Android.

Les utilisateurs localisent un vélo électrique, le déverrouillent avec leur smart- phone, font leur trajet, puis déposent le vélo dans un parking à vélos ou une zone autorisée par les communes. À Paris, 6000 emplacements ont été référencés.

Cette organisation originale, appelée semi-floating, a été rendue possible grâce à un algorithme spécifique. En complément du cadenas intelligent, les vélos sont munis d’une chaîne qui leur permet d’être attachés en toute sécurité.

UN VÉLO ÉLECTRIQUE DURABLE ET CONFORTABLE

Robuste, fiable et sécurisant, le vélo électrique d’Oribiky est conçu avec des matériaux de haute qualité. Son cadre est fait d’un alliage en aluminium de classe 6061, très durable et résistant à la corrosion. Ses freins à disques offrent une sécurité en toute circonstance, et ses pneus et garde-boues garantissent un confort de conduite inégalable.

Les vélos ont une autonomie de 100 kilomètres. La selle de marque dont ils sont dotés assure un trajet agréable. Ils disposent également d’un support de téléphone et d’un chargeur USB.

UNE SOCIÉTÉ ENGAGÉE POUR L’INSERTION PROFESSIONNELLE ET L’ENVIRONNEMENT

Oribiky s’engage pour l’emploi de plusieurs façons. La société implante ses ateliers près de chaque ville partenaire et favorise le recrutement de personnel en  insertion professionnelle, grâce à des partenariats avec les écoles de la

2ème chance, le CAP emploi pour les personnes en situation d’handicap et la mai- son de l’emploi de Stains.

 « À terme, cela concernera 50 % de notre masse salariale », précise Yann. À ce jour, la société a recruté une personne issue d’un QPV (Quartier prioritaire de la politique de la Ville) et une personne en situation de handicap.

La start-up oeuvre par ailleurs pour l’environnement en adoptant une gestion écologique pour l’ensemble de sa chaîne d’activité, avec acheminement des vélos par train, véhicules de maintenance 100 % électriques, et batteries vélo, entrepôts et véhicules rechargés en énergie verte.

UN SERVICE FLEXIBLE ET ACCESSIBLE

Oribiky propose deux systèmes de location : un abonnement mensuel pour les utilisateurs qui effectuent plus de huit trajets par mois, et un système de paiement à la minute, sans charge additionnelle et sans minimum d’utilisation.

La société souhaite donner à tous la chance de se déplacer autrement et propose une offre solidaire, avec 50 % de réduction pour les étudiants, les retraités et les personnes ayant des bas revenus.

La société propose par ailleurs un service de livraison à domicile aux particuliers et professionnels : un service que seul la société ORIBIKY propose aujourd’hui parmi tous les acteurs de mobilité. Grâce à l’application Oribiky, les usagers peuvent demander la livraison d’un vélo Oribiky à l’adresse souhaitée, avant 19 heures. Le vélo est déposé avant 6 heures le lendemain matin.

VERS LE VÉLO ÉLECTRIQUE PARTAGÉ IDÉAL !

Malheureusement, la marchandise qu’il reçoit n’est pas de bonne qualité. « J’avais deux solutions », se souvient-il : « Soit j’abandonnais et je jettais tout, soit je réparais les 100 vélos ». Il a choisi la seconde option mais, comme il n’y connaissait rien, il a dû tout apprendre par lui-même.

 « J’ai passé des journées, des semaines et des mois à tout comprendre. J’ai acheté autant de vélos différents possible, que j’ai mis en pièces détachées pour comprendre leur conception », raconte-t-il.

À PROPOS DE YANN POINCLOUX – FONDATEUR D’ORIBIKY

Yann Poincloux est un entrepreneur dans l’âme. Il quitte le cursus scolaire très jeune pour commencer ses aventures entrepreneuriales. Au détour d’un voyage en Chine, il découvre tous les nouveaux modes de mobilité électriques, et tombe littéralement amoureux du vélo à assistance électrique.

Il décide alors d’apprendre la mécanique et l’électronique tout seul, jusqu’à créer une solution de vélos partagés à assistance électrique avec un design français. Parallèlement, après près de vingt ans d’entrepreneuriat, il retourne sur les bancs de l’école et décroche un BTS en décembre 2018.

Aujourd’hui, Yann Poincloux dirige Oribiky. Il gère tous les aspects de l’activité de la société à l’exception des systèmes d’information, qui sont le domaine de son associé Mohamed Rhamnia. Dans l’avenir, Yann a pour ambition de faire d’Oribiky le leader des solutions de mobilités douces alliées à l’emploi, et développer le concept à l’international.

À propos perelafouine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.