Le salaire est-il une pierre d’achoppement dans le recrutement des développeurs ?

La start-up montpelliéraine CodinGame publie officiellement son rapport annuel sur le métier de développeur après avoir interrogé 9 000 passionnés du code dans 120 pays différents. Pour la deuxième année consécutive, l’entreprise dresse le portrait de sa communauté de développeurs et les particularités de leur profession. Focus sur les résultats de la plus grande étude au monde qui met en lumière les exigences et les attentes des développeurs qui sont en recherche d’emploi.

Pour 75% des développeurs le salaire reste la condition la plus importante

CodinGame, créée à Montpellier en 2014, constitue d’ores et déjà une référence dans le monde de la programmation. Depuis deux ans, l’entreprise interroge sa communauté grandissante de développeurs sur leurs habitudes et leur passion pour le code. La plateforme, restante gratuite pour tous les programmeurs, propose d’améliorer les compétences en code et d’en acquérir de nouvelles.

Selon le sondage de CodinGame, dans 69.5% de cas la première expérience professionnelle des développeurs est liée au code. L’étude démontre également que la majorité de développeurs commence à coder depuis très jeune âge.

Les développeurs (75%) comme les spécialistes des ressources humaines s’accordent sur le fait que le salaire reste une question cruciale pour le recrutement dans la tech. Pour les développeurs, le salaire est le premier critère pris en compte pour donner suite ou non à une opportunité d’emploi. Les développeurs notent également l’importance des horaires flexibles (66.3%) et des défis techniques (63.6%) comme conditions d’épanouissement professionnel.

Pour expliquer la pénurie de développeurs en France et les départs des jeunes talents à l’étranger, CodinGame avance l’argument des salaires. Aux Etats-Unis, le salaire moyen d’un développeur est de 100 000 dollars, en Suisse ce montant s’élève à 95 000 dollars, en Allemagne 67 000 dollars, aux Pays-Bas 64 000 dollars et au Canada 63 000 dollars. Alors qu’en France le salaire moyen reste autour de 53 000 dollars.

Pour les Juniors de 0 à 3 ans d’expérience, le salaire moyen s’établit à en dessous de la barre des 38 000 €. Les développeurs plus expérimentés, entre 4 et 7 ans d’expérience, sont en moyenne rémunés à hauteur de 42 250 €. Le salaire des développeurs Seniors de 10 ans d’expérience et plus dépasse quant à lui les 50 000 €.

L’entretien d’embauche des développeurs est-il différent ?

Concernant le processus de recrutement, celui des développeurs n’est pas très différent des autres professionnels. L’entretien tête-à-tête est toujours le plus apprécié par les développeurs (82.7%). Aujourd’hui 13.8% d’entre eux préfèrent un entretien informel dans un café, par exemple, et seulement 1% des développeurs voudraient avoir un entretien par Skype.

Selon CodinGame, la principale raison de refuser une offre d’emploi est que le poste proposé ne correspond pas à sa description initiale et/ou les valeurs de l’entreprise ne conviennent pas au développeur.  Le facteur bloquant reste également le fait que les spécialises de RH ne comprennent pas le domaine de la tech (pour 21.3%).

L’étude menée en novembre et en décembre 2018 auprès de 9 000 passionnés du code dans 120 pays différents montre que les exigences des développeurs restent en cohérence avec la réalité du marché. En même temps, la majorité des personnes interrogées déclare garder le même poste moins de trois ans. Les principales raisons citées sont : la recherche d’un meilleur salaire (60.3%), la possibilité d’évolutions professionnelles plus intéressantes (49%) ou encore le besoin de changer d’environnement (39%).

Que recherchent les développeurs pour leur carrière, et comment ?

73.4% des développeurs qui ont participé à l’enquête de Codingame déclarent privilégier LinkedIn dans leurs recherches de nouvelles opportunités professionnelles. Pour postuler, les développeurs utilisent surtout LinkedIn (89.7%), l’e-mail (67.2%) et le téléphone (56.9%). La moitié d’entre eux préfère d’ailleurs ce dernier moyen de communication, alors que seulement 6.1% des recruteurs contactent les développeurs par téléphone pour proposer des offres d’emploi. Les recruteurs utilisent principalement le courriel (41.4%) et LinkedIn (41.2%).

Toujours selon l’étude de CodinGame, les développeurs recherchent un emploi près de leur domicile. Ils voudraient travailler dans leur ville natale (32.6%) ou au moins dans leur région (18.3%). Seulement 26% de répondants sont prêts à partir travailler à l’international.

Malgré le manque d’organisation et de communication interne que les développeurs pointent le plus souvent dans les sociétés où ils travaillent, les défis majeurs pour eux restent les problèmes inattendus (30.9%), la direction pas assez claire (24%) et les deadlines impossibles à respecter (12.8%).

L’enquête de CodinGame démontre que le salaire n’est pas la seule condition pour les développeurs qui les fait rester au sein d’une entreprise. L’ambiance, la communication interne et les valeurs de la société jouent aussi un rôle très important.

A propos de CodinGame

Créée en 2014 par Frédéric Desmoulins, Nicolas Antoniazzi et Aude Barral, la start-up française CodinGame basée à Montpellier, constitue la plateforme de référence sur le marché du recrutement de développeurs. Cette dernière met en relation des développeurs qualifiés avec des entreprises à la recherche des meilleurs talents. CodinGame, qui regroupe déjà une communauté de plus d’1,3 millions de développeurs répartis sur 175 pays et qui compte plus de 500 clients internationaux, ambitionne d’ores et déjà de passer leader européen sur le marché du recrutement de développeurs en 2019.

Chiffres clés :

  • Création de la plateforme : Mai 2014
  • Communauté de développeurs en 2018 : 1,3 millions répartis sur 175 pays
  • Clientèle en 2018 : 500 clients
  • 2018 : 100% de croissance
  • Effectif : 25 personnes

À propos perelafouine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.