Le marché de l’art en 2019, au prisme de Barnebys

Temps de lecture : 4 minutes

Présent dans 8 zones culturelles, le moteur de recherche Barnebys compte quelque 4 millions de visiteurs uniques par mois, à travers le monde entier. Cet écosystème entièrement dédié au marché de l’art offre un formidable terrain d’observation au travers ses multiples fonctions : moteur de recherche comptant environ 600 000 objets d’art, de design et d’antiquités, base de données de plus de 80 millions d’adjudications, Bbys Magazine, ValueMyStuff, Skeleton…

Créé du point de vue de l’utilisateur, Barnebys accompagne aussi bien collectionneurs, amateurs d’art, néophytes ou encore professionnels de 150 pays, et offre ainsi une analyse internationale et transversale des tendances du marché de l’art.

Top 10 des termes les plus recherchés sur Barnebys.fr en 2019

Sur les 8 plateformes linguistiques de Barnebys, l’internaute accède gratuitement à de nombreuses options. Il peut mener des recherches de pièces ou d’adjudications mais aussi se créer des alertes pour être informé des dernières pièces mises en ligne. En outre, il peut consulter des articles sur le magazine digital de Barnebys, Bbys Magazine. Parmi les 10 recherches les plus fréquentes sur Barnebys.fr, figurent dans l’ordre :

  • Montres
  • Porcelaine
  • Monnaie
  • Bague
  • Guitare
  • Bureau
  • Rolex
  • Meubles
  • Vase en porcelaine
  • Timbre

Parmi les autres sujets les plus recherchés, apparaissent Mode, Sculpture, Sac à main, Or et argent, Cartier, Art, Sèvres.

Evolutions observées sur les 8 plateformes de Barnebys à travers le monde

Fondé à Stockholm en 2011, Barnebys compte aujourd’hui 8 plateformes linguistiques : français, anglais (Royaume-Uni et Etats-Unis), suédois, espagnol, allemand, italien, chinois. L’équipe de Barnebys a constaté en 2019 une augmentation du nombre d’utilisateurs dans le monde, par rapport à l’année 2018, à l’exception du marché suédois, qui a connu une baisse.

Sur l’ensemble des plateformes, la consultation de certaines catégories connaît une hausse : Montres, Peintures, Antiquités, Dessins, Souvenirs, Pièces de monnaie, Voitures, Céramique et porcelaine, et Bijoux. Quant à la plateforme francophone, son quatuor gagnant se compose, pour la période entre juillet et décembre 2019, de Bijoux et pierres, Montre et horloge, Mode et vintage, et Arts graphiques.

D’après ce que les équipes de Barnebys peuvent observer, il n’y a pas de tendance évidente dans le commerce de l’art, si ce n’est que, compte tenu de la croissance de Barnebys, de la croissance des listes de diffusion et du trafic organique, l’intérêt pour l’art et les antiquités a augmenté au cours de cette année 2019. « Barnebys, en rendant plus accessible le marché de l’art, influe sur ce commerce. A mon avis, nos plateformes ont réussi à “démystifier” le marché de l’art, en le rendant moins intimidant : un côté élitiste colle, depuis de nombreuses années, à l’image du milieu. L’accroissement de Barnebys confirme la place grandissante du marché de l’art dans le numérique » Sorin Macovei, spécialiste en marketing digital de Barnebys.

L’utilisateur de Barnebys

Les plateformes de Barnebys attirent autant collectionneurs, amateurs d’art, que néophytes ou encore professionnels car elles constituent une passerelle unique et directe entre les potentiels acheteurs et les maisons de ventes aux enchères ainsi que les galeries, tout en passant les frontières.

Alors que la plateforme italienne a connu une hausse de près de 100% en 2019, la francophone a vu son trafic augmenté de 30%. Barnebys observe une constante augmentation, et a atteint 4 millions d’utilisateurs par mois en 2019 soit près d’un million de plus qu’en 2018. Ces chiffres corroborent l’analyse de Pontus Silfverstolpe, co-fondateur de Barnebys : « Personnellement, je pense que la France, et en particulier Paris, renforceront leur position en tant que l’une des principales places du marché de l’art en Europe et dans le monde. Tant en ce qui concerne les marchés de première et seconde mains de l’art. Et Paris et la France deviennent déjà un marché plus puissant que Londres et le Royaume-Uni »

Le nombre d’utilisateurs féminins a augmenté en 2019, et Barnebys compte aujourd’hui 49,1% de femmes et 50,9% d’hommes. Quant à leur âge, il varie largement car Barnebys attire aussi de nombreux jeunes consommateurs, et Pontus Silfverstolpe souligne que « La durabilité et la technologie constituent les intérêts les plus forts chez les moins de 35 ans, ce qui influe positivement sur le marché de l’art notamment parce qu’il propose des pièces de qualité et, de par leur nature, durables. » Quant aux utilisateurs les plus âgés, ils se répartissent en deux tranches d’âge : 55-64 et 65+.

Enfin, les principaux intérêts des utilisateurs de Barnebys se caractérisent par leur variété : Arts et divertissements, Maison et jardinage, Voyage, Services financiers (investissement), Véhicules, Vêtements pour femme, Shopping : Antiquités et objets de collection.

* Le taux de rebond désigne un indicateur marketing qui mesure le pourcentage d’internautes qui, après être entrés sur une page Web, ont quitté le site, sans consulter d’autres pages.

L’analyse de Pontus Silfverstolpe, co-fondateur de Barnebys

Pontus Silfverstolpe : J’observe qu’il y a toujours un vif intérêt pour les pièces les plus belles, rares et de grande qualité, comme en témoignent les adjudications ou les prix d’œuvres exceptionnelles. Le marché de l’art moderne et contemporain s’avère, quant à lui, fort mais pas autant que les deux dernières années. En revanche, l’intérêt pour le Street Art et les graffitis augmente régulièrement sur de nombreux marchés, et surtout en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Enfin, je constate aujourd’hui une réelle démocratisation du marché de l’art, grâce à des sites, comme Barnebys, qui facilitent, l’accès à ce milieu. Grâce à certains retours de maisons de ventes, nous savons que Barnebys amène réellement de nouveaux clients à ses partenaires. Ces dernières années, les œuvres d’art ont servi de monnaie alternative pour favoriser les spéculations. Mais dernièrement, cela a un peu changé, et davantage de domaines – montres, voitures, vins mais aussi antiquités – participent au marché spéculatif.

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com autres sites https://www.riskassur-hebdo.com https://notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.