ActualitésOrganisation

L’alternance souffre-t-elle d’une mauvaise réputation ?

Alors que le gouvernement a annoncé une baisse des crédits alloués aux professionnels pour former les jeunes, Indeed s’est penché, à travers sa dernière étude réalisée avec OpinionWay, sur la réputation de l’alternance auprès des jeunes Français et des entreprises. Il s’avère que certains répondants conservent une image assez négative et observent de nets points d’amélioration sur ce type de formation.

Méthodologie de l’étude : Mené du 20 au 25 mai 2022, ce sondage OpinionWay / Indeed a interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview) et par téléphone sur le lieu de travail des personnes interrogées via système CATI : 1018 personnes représentatives de la population des jeunes Français âgés de 16 à 29 ans, ainsi que 501 entreprises représentatives des entreprises de 1 salarié et plus.

L’alternance, un lot de consolation ?

En dépit d’une bonne image globale et du sentiment que ce type de formation se prête à leurs aspirations, les jeunes Français continuent d’avoir des idées reçues à l’égard de l’alternance. Si certains la jugent formatrice, d’autres ne peuvent s’empêcher d’y voir un parcours moins prestigieux, voire un lot de consolation lorsque les cursus considérés comme plus traditionnels ne sont pas accessibles.

Certains préjugés persistent. Ainsi :

Quatre jeunes Français sur dix estiment que l’alternance est réservée à ceux qui ne réussissent pas dans les études (42%).

Si cette image est répandue parmi les moins diplômés (49% parmi ceux n’ayant pas le Bac vs 34% des Bac +3 a minima), il est étonnant de constater que cette idée est davantage répandue chez ceux qui suivent actuellement une alternance (54%) ou qui ont l’ont achevée au cours des deux dernières années (56%).

Ceux ayant effectué et terminé une alternance il y a plus de deux ans ne sont que 33% à se ranger au même avis, preuve peut-être qu’avec le temps les alternants reconnaissent plus la valeur de leur parcours.

Mais si l’alternance souffre de certains clichés persistants, la mauvaise réputation qu’elle conserve aux yeux d’une partie des Français peut s’expliquer également par des raisons et des craintes tout à fait légitimes et qui alimentent cette perception.

Des difficultés pour trouver son alternance et un accompagnement pas toujours à la hauteur

Les jeunes Français pointent également du doigt les difficultés inhérentes à cette formation, en particulier la difficulté à trouver une entreprise où effectuer son alternance ou un manque d’accompagnement.

78% d’entre eux estiment qu’il est encore difficile de trouver une entreprise aujourd’hui, car peu d’offres sont présentes sur le marché.

76% déplorent un manque de conseils et d’accompagnement pour les aider à décrocher leur contrat en alternance.

Un sentiment que la crise sanitaire n’a fait qu’amplifier :

80% d’entre eux estiment que la crise pandémique a empiré la situation.

Manque de candidats, rythme peu adapté et débâcle administrative côté entreprise

De l’autre bord, si plus d’une entreprise sur deux soulignent en premier lieu le manque de disponibilité afin d’accueillir les alternants, elles mettent en cause également :

  • le manque de candidats dans leur secteur d’activité pour près de 40% d’entre elles
  • un rythme d’alternance peu adapté à leur métier pour près de 30%
  • des démarches trop complexes au niveau administratif (18%) ou une mauvaise expérience passée (16%).

Ces constats freinent les entreprises dans leur volonté d’accueillir plus de jeunes Français en alternance, ce qui nuit à son développement. En effet :  40% ne compte pas recruter des alternants dans l’année à venir

Près d’un tiers des recruteurs (31%) pense que l’alternance n’est pas adaptée à leur secteur d’activité et l’exact même pourcentage ne souhaite pas renforcer cette méthode d’apprentissage au sein de leur entreprise.

Certaines barrières persistent pour l’alternance, qui a été grandement sollicitée par les entreprises et les étudiants ces dernières années.

Si une majorité de jeunes Français entretiennent une belle image de l’alternance, d’autres peuvent y voir un diplôme au rabais, peu valorisant, et la difficulté de trouver un contrat est susceptible d’en refroidir plus d’un : pour preuve, encore 17% des sondés n’ont jamais suivi de formation en alternance et ne sont pas intéressés par cette méthode de formation.

Certaines entreprises, elles, continuent de trouver certaines failles à ce mode de formation, ce qui nuit au développement de l’alternance.

Enfin, les récentes décisions du gouvernement sur les aides pourront, dans les prochains mois, orienter la résolution de ces entreprises, voire marquer leur désintérêt pour ce genre de formation.

A propos d’Indeed

Plus de 250 millions de personnes effectuent une recherche d’emploi, publient leur CV et recherchent une entreprise via Indeed chaque mois. Indeed est disponible dans plus de 60 pays, dans 28 langues et représente la première source de candidats pour des milliers d’entreprises. Pour en savoir plus, rendez-vous sur indeed.com

perlafouine

Une question, une remarque : webmaster@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :