ESET détecte une campagne de vol de bitcoins visant les utilisateurs du darknet

Temps de lecture : 3 minutes

Les chercheurs d’ESET ont découvert un Tor Browser trojanisé par des cybercriminels afin de voler des bitcoins aux clients du darknet.

Les chercheurs d’ESET ont détecté une campagne longtemps passée inaperçue dont le but était de distribuer une version trojanisée du navigateur officiel Tor Browser pour espionner ses utilisateurs et leur voler des bitcoins.

 « Ce malware permet aux criminels ayant conçu la campagne de voir le site Internet actuellement visité par la victime. En théorie, ils peuvent modifier le contenu de la page visitée, obtenir les données saisies dans les formulaires par la victime et afficher de faux messages, entre autres. Nous avons cependant constaté l’usage d’une seule fonctionnalité particulière, à savoir modifier les portefeuilles de cryptomonnaie », explique Anton Cherepanov, Chercheur Malware Senior à ESET et responsable de l’enquête.

La campagne ciblait les utilisateurs russophones du réseau anonyme Tor. Pour distribuer le navigateur infecté par le malware, les criminels l’ont présenté – sur plusieurs forums et sur pastebin.com – comme la version officielle en langue russe de Tor Browser. Leur but était d’attirer des cibles d’une langue spécifique vers deux sites Internet malicieux paraissant officiels.

 « Sur le premier site Internet, l’utilisateur recevait un avertissement indiquant que sa version de Tor Browser était obsolète, quand bien même cela n’était pas vrai. Les personnes hameçonnées étaient ensuite redirigées vers un second site Internet proposant un installateur », continue Anton Cherepanov.

Une fois installé, le Tor Browser trojanisé est une application entièrement fonctionnelle. « Les criminels n’ont pas changé les composants binaires de Tor Browser mais ont modifié les paramètres et les extensions. Par conséquent, les personnes non technophiles ne remarqueront probablement pas de différence entre la version originale et la version trojanisée », commente le chercheur.

Parmi les modifications, toutes les mises à jour des paramètres sont désactivées et l’outil de mise à jour est renommé afin d’empêcher l’utilisateur de mettre le navigateur à jour, ce qui impliquerait la perte des capacités requises par les criminels.

La signature numérique assure que les extensions sont également désactivées, permettant aux criminels de modifier toutes les extensions et de les télécharger facilement avec le navigateur.

Les criminels ont également effectué des modifications indiquant à un serveur C&C – situé sur un domaine onion et donc uniquement accessible via Tor – le site Internet actuellement visité par la victime et offrant au navigateur un contenu JavaScript. « En théorie, les criminels peuvent proposer des contenus sur mesure pour des sites Internet spécifiques. Cependant, dans le cadre de notre enquête, le contenu JavaScript était identique sur tous les sites que nous avons visités », remarque Anton Cherepanov.

Le contenu JavaScript que les chercheurs d’ESET ont consulté cible trois des principaux marchés du darknet russophone. Ce contenu tente de modifier les portefeuilles de QIWI (un service russe populaire de transfert d’argent) ou de bitcoins sur les sites Internet de ces marchés.

Lorsqu’une victime visite sa page de profil pour ajouter des fonds à son compte en utilisant directement le paiement par bitcoins, le Tor Browser trojanisé remplace automatiquement l’adresse bitcoin d’origine par l’adresse contrôlée par les criminels.

« Au cours de notre enquête, nous avons identifié trois portefeuilles de bitcoins utilisés dans le cadre de cette campagne depuis 2017. Chaque portefeuille contient un grand nombre de petites transactions, c’est pourquoi nous considérons que ces portefeuilles ont été utilisés par le Tor Browser trojanisé », explique Anton Cherepanov.

À l’issue de l’enquête des chercheurs d’ESET, le montant total des fonds reçus par ces trois portefeuilles s’élevait à 4,8 bitcoins, soit environ 35 000 EUR. « Il convient de noter que le montant volé est en réalité supérieur, car le Tor Browser trojanisé modifie également les portefeuilles QIWI », conclut le chercheur

À propos d’ESET : Fondée en 1992, ESET, 1er éditeur européen en solutions de cybersécurité est spécialisé dans la conception et le développement de logiciels de sécurité pour les entreprises et le grand public (avec respectivement les rangs de 4ème et 5ème mondial). Pionnier en matière de détection proactive des menaces véhiculées par l’Internet, ESET est aujourd’hui le leader dans ce domaine. Il est désigné comme l’unique Challenger dans le Magic Quadrant 2018 de Gartner, catégorie Endpoint Protection Platforms. À ce jour, l’antivirus ESET Nod32 détient le record mondial de récompenses décernées par le laboratoire indépendant Virus Bulletin depuis 1998. Les solutions ESET protègent aujourd’hui plus de 900 millions de postes dans le monde.

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com autres sites https://www.riskassur-hebdo.com https://notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.