ActualitésInformationsRésultats

10 novembre – Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire

Près de 8 jeunes sur 10 déclarent avoir subi du harcèlement et d’autres formes violences au sein de l’école – Sondage OpinionWay pour Apprentis d’Auteuil

Pour lutter contre ces violences, la Fondation Apprentis d’Auteuil déploie des dispositifs innovants de prévention.

Le harcèlement touche 1 million de jeunes par an (Étude de l’Observatoire international de la violence à l’école pour l’UNICEF – 2011) a rappelé Emmanuel Macron la veille de la rentrée scolaire. Le dernier Baromètre de l’Éducation, publié par Apprentis d’Auteuil en partenariat avec OpinionWay le 13 octobre 2022, révèle un phénomène bien plus vaste et alarmant : 77% des jeunes déclarent avoir subi des violences au sein de l’école, notamment du harcèlement moral ou sexuel. Ces faits de violences ont des conséquences graves sur la santé mentale et physique des jeunes, ainsi que sur leur capacité à apprendre. Pourtant des solutions existent : elles doivent être généralisées pour permettre à chaque élève de se développer dans un environnement scolaire sécurisant.

Les résultats de cette enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de plus de 1 000 jeunes Français âgés de 15 à 20 ans ainsi que de 1 000 parents, sont édifiants :

Un phénomène de grande ampleur : près de 8 jeunes sur 10 déclarent avoir subi des violences au sein de l’école.

Des violences aux formes multiples : verbales pour 64% des 15-20 ans interrogés, psychologiques pour 44% et physiques pour 38%. Des formes graves fréquentes : 26% des jeunes déclarent avoir subi du harcèlement moral, 15% des coups, 14% du sexisme, harcèlement sexuel ou violences sexuelles.

  • Si le collège est le lieu où se concentrent principalement les violences (71% des 15-20 ans disent les avoir subies pendant cette période), des faits interviennent aussi dès le plus jeune âge : 30% des jeunes déclarent avoir été victimes de violences dès le primaire, voire même la maternelle.
  • Effet de groupe, mauvaises fréquentations ou encore contexte familial compliqué : les causes des violences sont multiples, à la fois sociales et structurelles. La violence peut être également le fait de l’école par manque de moyens ou de formation des personnels. 83% des jeunes pensent que les réseaux sociaux contribuent à renforcer la violence.

Des conséquences dévastatrices : 81% des jeunes estiment qu’il s’agit d’expériences traumatisantes.

  • Les violences nuisent à leur confiance en soi (46%), accentuent décrochage et phobie scolaires (27%), et produisent des effets néfastes sur leur santé mentale et physique (22%). 26% des jeunes interrogés font état d’idées suicidaires.
  • Des violences passées sous silence : suite à des violences subies à l’école, 1 jeune sur 5 n’en a pas parlé.
  • 28% des jeunes déclarent avoir déjà été témoins de cyber harcèlement sans l’avoir dénoncé, alors même qu’ils sont 56% à faire état de la circulation sur les téléphones portables de vidéos/photos humiliant des jeunes de leur établissement.
  • À noter également, le grand écart entre les perceptions parents-enfants : 78% des parents pensent que leurs enfants se confient à eux, alors que seulement 54% des jeunes disent l’avoir fait.

Un manque d’information : près d’1 jeune sur 2 (48%) ne se sent encore pas suffisamment informé sur les questions de violences à l’école.

Acteur engagé de l’éducation et la protection de l’enfance, Apprentis d’Auteuil accueille, éduque, forme et insère chaque année, dans plus de 300 établissements et dispositifs répartis partout en France, près de 30 000 jeunes. La fondation compte 59 établissements scolaires, allant de la maternelle au lycée, et est particulièrement investie dans la prévention et la prise en compte du décrochage scolaire et des violences.

Face à la gravité et à la complexité des situations de violences en milieu de scolaire, les professionnels d’Apprentis d’Auteuil aident les jeunes à trouver leur voie et construire sereinement leur avenir grâce à un accompagnement adapté et personnalisé. Sensibilisation, formation, médiation… autant d’actions qui portent aujourd’hui leurs fruits. Des solutions qui peuvent être déployées largement pour contribuer à réduire durablement les faits de violences et de harcèlement en milieu scolaire.

perelafouine

Une question, une remarque : webmaster@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :