ActualitésInformations

Sondage Ifop – Les jeunes, l’information et la prévention du sida

Une dégradation qui se confirme

A quelques jours du week-end du Sidaction 2022 (25, 26 et 27 mars prochains), l’association publie les résultats d’un sondage réalisé chaque année par l’Ifop auprès des 15 -24 ans (Sondage Ifop pour Sidaction réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 2 au 9 février 2022 auprès de 1002 personnes). Si la crise sanitaire pèse sur le moral des jeunes, elle représente également un risque pour leur santé physique : le sentiment de désinformation sur le VIH/sida se poursuit. Dans ce contexte, Sidaction demande une application urgente et effective des 3 séances obligatoires d’éducation complète à la sexualité au collège et au lycée.

En 2022, 69% des jeunes s’estiment bien informés sur la question du VIH/sida. En 2020, ils étaient 74%, soit une chute de 5 points. « Le sentiment d’information chez les 15-24 ans a diminué depuis le début de pandémie et à ce jour, nous n’avons pas retrouvé le niveau de l’avant-covid. Comme si la pandémie avait occulté les connaissances sur le VIH/sida » s’inquiète Florence Thune, directrice générale de Sidaction.

A titre d’exemple, moins d’un sondé sur deux s’estime bien informé sur les lieux où aller se faire dépister pour le test du VIH/sida. Un chiffre en chute libre depuis février 2019.  « Malgré l’habitude du dépistage acquise avec la COVID, ce dernier ne semble pas être devenu un réflexe pour le VIH, alors qu’il constitue un outil indispensable de la prévention » poursuit-elle.

Seuls 48% des jeunes interrogés connaissent l’existence d’un traitement d’urgence (TPE) si un risque est encouru et la moitié des sondés ne savent pas qu’une personne séropositive sous traitement ayant une charge virale indétectable ne transmet pas le virus.

Les idées reçues et fausses informations liées au VIH/sida continuent à prospérer : 23% d’entre eux pensent que le virus du sida peut se transmettre en embrassant une personne séropositive et encore 19 % des personnes sondées pensent que la pilule contraceptive d’urgence protège du VIH.

Une des explications réside dans la saturation des espaces médiatiques et la monopolisation des sujets par la COVID-19. « Le VIH s’éloigne des préoccupations des jeunes car il est invisibilisé et ce, depuis plusieurs années.  16% des personnes interrogées déclarent d’ailleurs ne pas aller chercher d’information sur le virus du sida, soit une hausse de 7 points en 2 ans » explique Frédéric Dabi, directeur général Opinion du Groupe Ifop.

D’autre part, la banalisation de la question du VIH/sida se confirme. 37% des jeunes interrogés indiquent ne pas en avoir peur alors que leurs connaissances de l’épidémie semblent parfois faussées : 40% pensent que les contaminations baissent chez les jeunes et la moitié des sondés jugent que les personnes vivant avec le VIH ne subissent aucune discrimination.

« Il reste encore beaucoup à faire en termes d’information pour inverser la tendance et cela doit commencer en contexte scolaire. Trois séances d’éducation à la sexualité par an sont obligatoires selon les textes, mais dans la pratique leur mise en place est insuffisante » déplore Florence Thune.  D’après le sondage, un quart des sondés affirment n’avoir jamais bénéficié d’un enseignement en santé sexuelle au cours de leur scolarité. Moins de la moitié d’entre eux ont pu en bénéficier une seule fois. Ces chiffres ne cessent de se détériorer depuis 2009.

Il est urgent de reprendre les actions de prévention et de sensibilisation au VIH/sida et à la santé sexuelle auprès des 15-24 ans.

Les chiffres à retenir

  • 31% des jeunes interrogés estiment être mal informés sur le VIH/sida, soit une augmentation alarmante de 20 points par rapport à 2009.
  • Moins d’1 jeune sur 2 s’estime bien informé sur les lieux où aller se faire dépister pour le test du VIH.sida.
  • 27 % considèrent qu’il existe des médicaments pour guérir du sida (+2 points par rapport à 2021)
  • 34 % des jeunes pensent que le VIH peut être transmis en ayant des rapports sexuels protégés avec une personne séropositive (+10 points en deux ans)
  • 18% estiment encore que la pilule contraceptive d’urgence ou un produit de toilette intime peut empêcher la transmission de virus
  • 23% des 15-24 ans pensent que le virus du sida peut se transmettre en embrassant une personne séropositive
  • 17% des personnes sondées estiment qu’on peut contracter le VIH en entrant en contact avec la transpiration d’une personne séropositive ou en buvant dans son verre.
  • 40 % pensent qu’il y a de moins en moins de contamination chez les jeunes
  • – Seules 34% des personnes interrogées déclarent avoir utilisé systématiquement un préservatif lors d’un rapport sexuel (-14 points par rapport à 2020)
  • 29% considèrent avoir moins de risques que les autres d’être contaminés, soit un chiffre en hausse de 7 points par rapport à 2009.
  • 24% n’ont jamais bénéficié d’un enseignement ou d’un moment d’information spécifique sur le VIH au cours de leur scolarité, en constant augmentation depuis plus de 10 ans

Pour soutenir Sidaction :

  • Par téléphone : en appelant le 110 (numéro d’appel gratuit)
  • Par Internet : www.sidaction.org
  • Par courrier : Sidaction – 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS
  • Par SMS : pour faire un petit don de 5€, envoyez le mot “DON” au 92 110 (coût d’envoi du SMS gratuit ou inclus dans les forfaits SMS)

perelafouine

Une question, une remarque : webmaster@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :