Les conseils de Barnebys pour commencer une collection

Temps de lecture : 4 minutes

En cette rentrée, pourquoi ne pas se lancer ? Les ventes aux enchères, la meilleure voie pour commencer une collection ! Qu’il s’agisse d’œuvres ou objets d’art, de bijoux, de livres, de vin…

Barnebys, l’écosystème dédié au marché de l’art, décrypte les us et coutumes des enchères…

Parcourir attentivement les catalogues de ventes

Pour les ventes dites cataloguées, les maisons de ventes réalisent un catalogue disponible sur Internet et en version papier. Il est primordial de le consulter minutieusement afin de repérer les lots qui mériteraient une offre. Cette lecture permet aux potentiels acheteurs de connaître notamment la provenance du lot, son état de conservation, sa datation ainsi que les éventuelles références historiques et bibliographiques qui pourraient en accroître l’intérêt et la valeur.

Quand un lot retient l’attention d’un amateur ou d’un curieux, ce dernier peut le voir pendant l’exposition publique ou lors d’un rendez-vous avec la maison de vente ou le cabinet d’expertise, sinon obtenir des informations complémentaires par e-mail auprès du commissaire-priseur ou de l’expert.

Les frais, que la maison de vente prendra sur chaque acquisition, figurent par ailleurs sur le catalogue, et il s’avère important d’y prêter attention : pendant la vacation, l’enchérisseur devra calculer le montant des frais à ajouter au prix d’adjudication, s’il venait à emporter le lot. Ces frais varient, en France, entre 20 % et 30 % (avec ou sans TVA).

De plus, cette publication permet de savoir si des experts ont participé à la préparation de la vente aux enchères – auquel cas lesquels -, et de connaître les lots qu’ils ont expertisés.

Assister à des ventes aux enchères publiques et visiter les expositions

Assister personnellement à des ventes aux enchères publiques permet d’en observer les règles et d’en comprendre le fonctionnement. Se familiariser avec les salles des ventes permettra ensuite d’oser enchérir !

Avant leurs vacations, les maisons de ventes proposent des expositions publiques qui réunissent les lots qui passeront sous le feu des enchères. S’y rendre permet de se former l’œil, et de regarder de plus près un lot ciblé. Les équipes des maisons de ventes et cabinets d’expertises accueillent les visiteurs lors de ces expositions : toute personne intéressée peut donc voir de plus près les lots, souvent les prendre dans les mains, et s’entretenir avec les personnes qui les ont étudiés.

Côtoyer les salles des ventes permet aussi de découvrir les us et coutumes de chaque maison de vente, avant, pendant et après la vacation. Ces différentes observations permettent d’intervenir plus efficacement lors des enchères, et peuvent éviter, par la suite, certains désagréments ou d’éventuelles surprises.

Regarder les adjudications de pièces similaires

Parfois les enchères s’enflamment, et pour éviter de dépasser la valeur réelle d’un objet, l’enchérisseur peut préalablement regarder les résultats de pièces similaires. Ainsi il pourra comparer les différents prix d’adjudication et évaluer la côte supposée de ladite pièce sur le marché.

Barnebys propose gratuitement un accès à la plus grande base de données d’adjudications au monde. Celle-ci réunit quelque 80 millions d’objets passés sous le feu des enchères à travers le monde. Mensuellement mise à jour, elle remonte aux années 1980. Son moteur de recherche permet de trouver les œuvres d’un artiste ou encore une thématique ou un type d’objet.

Se former

La fréquentation des salles des ventes offre un réel apprentissage que la visite de musées complète. Le magazine digital de Barnebys, Bbys Magazine, partage quant à lui des conseils d’experts, de commissaires-priseurs, de curateurs ou encore de marchands d’art avec ses abonnés. En outre, il informe des actualités du marché de l’art. Ces lectures permettent aussi de découvrir le vocabulaire propre au marché de l’art : vente listée ou cataloguée, préemption, lot ravalé…

A Paris ou en Région, il existe aussi des conférences ou des cours en soirée autour de l’histoire de l’art. Ces formations offrent l’approfondissement de certains sujets et exercent l’œil. Toutes ces activités permettent de mieux appréhender les notices des catalogues et de comprendre des subtilités telles la différence entre une fonte anthume et posthume ou encore la notion d’attribution…

Se fixer un budget à l’avance

Une fois que les lots ont été sélectionnés, tout se joue en salle des ventes. Mieux vaut cependant se fixer un plafond à ne pas dépasser. En effet, tout un chacun peut se laisser emporter par la fièvre des enchères. Et seul le principal intéressé peut in fine savoir quelle sera raisonnablement l’offre maximale.

Pour déterminer un budget, il serait aussi souhaitable d’évaluer l’impact que l’objet aura sur sa collection, mais aussi son état, sa valeur marchande et l’investissement potentiel qu’il peut représenter.

Par ailleurs, se renseigner sur les maisons de ventes et cabinets d’expertises s’avère très utile et assure une certaine tranquillité quant à l’authenticité des pièces proposées et apporte une réelle garantie.

Se lancer sur de petites pièces, pour ses premières enchères

Rien de mieux que de pratiquer ! En choisissant quelques lots modestes, vous pourrez enchérir sans prendre de risque et vous découvrirez alors les rouages des enchères. En salles des ventes, vous pouvez aussi trouver des objets du quotidien et vous faire la main sur de petits objets.

Si les premières enchères impressionnent, il est possible de laisser un ordre d’achat auprès du commissaire-priseur ou de l’expert mais aussi de demander à être appelé pendant la vente ou encore de suivre la vacation derrière son ordinateur et d’enchérir via le web.

En revanche, il est recommandé de demander un rapport de condition pour les pièces d’envergure. Les experts de la maison de vente, mais aussi une tierce personne tel un restaurateur, peuvent en fournir.

En créant des alertes sur Barnebys, l’amateur peut recevoir régulièrement des informations sur des pièces correspondant à ses attentes et passant aux enchères aux quatre coins du monde. Et il peut sélectionner une fourchette d’estimations.

Laisser libre cours à ses émotions

En installant une œuvre d’art chez soi, on crée une intimité avec elle, et se fier à son instinct, à son goût, à ses envies, s’avère également primordial dans tout achat. Véritables lieux de vie, les salles des ventes fourmillent ; certaines enchères tiennent en haleine l’assemblée. Les ventes aux enchères publiques se montrent aussi ludiques et se laisser prendre au jeu s’avère plus que plaisant et représente la meilleure voie pour collectionner…

Après avoir vérifié certains points – dimensions de la pièce ou encore son état – et anticipé sur son éventuel transport, il est temps de tenter sa chance, en commençant toujours bas les enchères.

À propos Olivier Kauf

Je suis journaliste, mais aussi et peut-être surtout depuis quelques années, je suis un influenceur. Les internautes rejettent de plus en plus les publicités et recherchent de l’information au travers d’articles présentant de manière objective des produits ou des services. Aujourd’hui, tout le monde a le réflexe, avant d’acheter, de regarder ce que les internautes en disent. En tant qu’influenceur, je serais ravi de présenter vos produits ou services de manière objective et critique, mais positive pour rassurer les internautes qui hésitent avant de vous faire confiance. Je vous propose de publier les articles, que je peux écrire pour vous, soit sur RiskAssur, soit sur Notre-Siècle, en les recommandant à mes abonnés sur les principaux réseaux sociaux : LinkedIn, Viadeo, Tweeter, Google + et Facebook. Je suis à votre écoute pour répondre à vos besoins, vous pouvez me contactez à olivier@notre-siecle.com autres sites https://www.riskassur-hebdo.com https://notre-siecle.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Si vous avez un instant !

L’article que vous venez de lire vous a intéressé,
alors CLIQUER sur une des publicités.
Ça ne vous coûte rien et c’est positif pour PèreLaFouine.