ActualitésOrganisation
A la Une

Le risk management en Afrique – la clé de la résilience pour la troisième décennie du 21ème siècle

Professeur Jean-Paul Louisot

Si nous remontons assez loin dans le temps, alors, à part les Africains qui vivent en Afrique, tout le monde sur terre est un descendant d’immigrants qui ont migré vers diverses parties du monde depuis la patrie originelle de l’humanité, l’Afrique. » (Abhijit Naskar)

Avant de lire cet opuscule, voici le conseil du Risk-Doctor aux professionnels qui veulent agir en Afrique sur les défis spécifiques à l’introduction du management des risques dans les pays émergents et que les risk-managers africains doivent aussi garder à l’esprit quand ils transposent les approches et les standards du risk-management

Dans les pays émergents, des facteurs socioculturels remettent en question les préconçus quant aux risques qui pourraient exister, sur leur importance et sur le choix de réponses les mieux adaptées. Certaines

grandes entreprises ont connu des problèmes en essayant d’appliquer des méthodes « occidentales » au management du risque en Afrique, pour les raisons suivantes :

  • L’illusion « une seule Afrique ». Les organismes qui visent à investir en Afrique commencent avec les pays les plus « sûrs », tels que l’Afrique du Sud, et essaient ensuite de s’étendre à travers le reste du continent. Mais chaque pays en Afrique a ses propres spécificités en termes de culture locale des entreprises, d’éthique et de coutumes – même dans les pays apparemment « occidentalisés ». Nous ne pouvons pas transposer sans réfléchir ce qui est connu pour un pays vers une autre région. De penser que ce qui marche en Afrique du Sud pourrait marcher en Afrique Occidentale est aussi faux que d’installer une base en France pour pouvoir exploiter des opportunités en Russie. « Une seule Afrique » n’existe pas.
  • Les priorités erronées. En général, il faut prendre en compte des considérations telles que la stabilité et les contrôles réglementaires avant d’aborder un nouveau marché, mais elles sont moins importantes en Afrique que dans un marché occidental déjà bien établi. Pour certaines entreprises, il peut être plus approprié de prendre en compte des facteurs tels que les caractéristiques socio-économiques de la population et les perspectives économiques du pays. Par exemple, si une banque veut s’installer dans un pays dans lequel les contrôles réglementaires sont absents, plutôt que de retarder son entrée, elle pourrait chercher à soutenir et à encourager la formalisation rapide des règles …

Ne manquez cette étude exclusivement disponible
sur RiskAssur-boutique en cliquant ICI

perelafouine

Une question, une remarque : webmaster@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :