ActualitésBusinesswireEnvironnement

Sceye teste l’ascension automatisée et atteint encore une fois la stratosphère

Sceye, une société de science des matériaux et un fabricant de plateformes stratosphériques (High-Altitude Platform Stations, HAPS), a annoncé qu’elle a encore une fois atteint la stratosphère, en utilisant cette fois un nouveau logiciel d’ascension automatisée. La plateforme HAPS été lancée à 6 h 07, heure normale du Mexique, à partir de l’installation de la société au Nouveau-Mexique, et a atterri à 8 h 34, heure normale du Mexique.

« L’automatisation a fonctionné sans faille et à aucun moment notre équipe de contrôle n’a dû assumer le contrôle et commander le système manuellement », a déclaré Stephanie Luongo, Chef des opérations de mission chez Sceye, « Nous avons confié la conduite au système. »

Le lancement effectué aujourd’hui a testé une capacité logicielle récemment développée qui augmente la fiabilité de la plateforme HAPS durant les phases les plus critiques du vol – le lancement et l’ascension. Il s’agissait du premier lancement dans un programme de test de vol axé sur le prototypage rapide de nouvelles technologies intégrant des optimisations de l’automatisation et de la sécurité du vol.

« Avec chaque test de vol couronné de succès, nous nous rapprochons du jour où nous fournirons un haut débit et une observation de la terre à partir de la stratosphère », a commenté Mikkel Vestergaard Frandsen, PDG et fondateur de Sceye. « Nous sommes très heureux des résultats de cette démonstration et continuerons de développer les tests de vol au cours de 2022. »

Parmi les 6 tests de vol prévus pour 2022, 4 font partie du programme de tests R&D de Sceye. Le programme déterminera les technologies optimisées pour un vol durable dans la stratosphère, la montée en puissance des opérations et la réduction des coûts d’exploitation.

En octobre dernier, Sceye a été la première à connecter une antenne Massive MIMO avec la 3D formant des faisceaux directement de la stratosphère aux smartphones sur terre à plus de 140 km de distance–un record mondial en Open RAN. La société a également rejoint un consortium de nouvelles entreprises de télécommunications basées au Nouveau-Mexique et des entités tribales pour piloter la livraison d’un accès haut débit universel à la Nation Navajo.

Sceye a formé un partenariat avec l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis, EDD, et le Département de l’environnement du Nouveau-Mexique dans le cadre d’une étude de cinq ans visant à surveiller la qualité de l’air dans l’État du Nouveau-Mexique. La plateforme HAPS de Sceye surveillera les émissions de méthane à une résolution de moins de 1 m, ce qui leur permettra de déterminer les niveaux de pollution et de détecter les émetteurs individuels.

À propos de Sceye

Sceye est une société de science des matériaux fondée en 2014 pour exploiter les possibilités dans la stratosphère en élevant et en connectant toutes les personnes, et protéger notre planète. La société a développé une nouvelle génération de plateformes stratosphériques afin de fournir une connectivité universelle et équitable, améliorer la surveillance du changement climatique, l’intendance des ressources naturelles, la surveillance des feux de forêt, et mieux détecter et contenir les catastrophes avant qu’elles n’échappent à tout contrôle.

Sceye poursuit le travail humanitaire de son fondateur et PDG, Mikkel Vestergaard Frandsen. En tant que propriétaire et ancien PDG des sociétés de santé publique Vestergaard et LifeStraw, il a été à l’origine d’innovations en science des matériaux qui ont sauvé des millions de vies. Les filtres à eau LifeStraw ont contribué à presque éradiquer la pathologie du ver de Guinée, et PermaNet, des moustiquaires de lit constituées de fibres innovantes qui dégagent des doses microscopiques d’insecticide, ont aidé à réduire de près de moitié les décès causés par le paludisme dans le monde.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

perelafouine

Une question, une remarque : webmaster@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :