ActualitésCryptoMonnaies
A la Une

Bitcoin … une fausse bonne idée !

Le principe d’une monnaie qui soit indépendante d’un pays, comme le Yen avec le Japon ou le Franc suisse avec la Suisse ou d’un groupement de pays comme l’Euro avec l’Union Européenne est intéressant, cela permet d’imaginer une monnaie qui n’est pas sous contrôle de décisions politiques qui pourraient aller à l’encontre des attentes du peuple ou des entreprises.

L’idée d’une alternative aux monnaies n’a pas attendu internet, elle existe au niveau local depuis de nombreuses années, ce sont les SEL (systèmes d’échange local) qui sont des monnaies créées et utilisables au sein d’un groupe, telle qu’une ville ou même une région.

Le principe peut même exister sur des zones relativement importantes, c’est le cas de l’ « AGGLOR » créé en 2016 dans l’Orléannais, une sorte de monnaie locale non indexé sur l’euro.

Ce sont des monnaies locales qui sont sans risque de spéculation, juste pour faire du troc amélioré, avec un support entre vendeurs et acheteurs : le SEL.

En fin de compte les cryptomonnaies ne sont que des SEL à l’échelle internationale, qui ont pu voir le jour grâce à internet, la plus ancienne étant le Bitcoin.

Le problème, du Bitcoin (pareil pour les autres cryptomonnaies) est qu’il permet de spéculer, contrairement à un SEL local. Sa valeur n’arrête pas de fluctuer, le rendant inutilisable pour des échanges quotidiens.

Le Bitcoin a prouvé son impossibilité d’être utilisé comme monnaie avec l’épisode Elon Musk, qui par une simple phrase annonçant son attrait pour le Bitcoin et la possibilité d’acheter une Tesla en Bitcoin a propulsé son cours au-delà des 60 000 dollars et une annonce inverse quelque temps plus tard le faisant plonger à moins de 35 000 dollars.

Comme au Loto, on peut gagner de l’argent avec le Bitcoin. Ce n’est même plus de la spéculation, c’est du grand n’importe quoi. Sans parler de la consommation d’énergie pour miner le Bitcoin, qui est incompatible avec la lutte contre le réchauffement climatique.

Pourquoi pas une cryptomonnaie mondiale sans contrôle étatique, mais à 2 conditions :

  • Avoir une conception qui ne consomme pas de manière inconsidérée de l’énergie pour son fonctionnement
  • Qui ne permette pas la moindre spéculation, comme le sont les SELs au niveau local

Pour le moment, il serait temps d’arrêter avec le Bitcoin, et d’espérer qu’il poursuive sa chute vers ZÉRO.

Olivier Kauf

Consultant depuis plus de 30 ans, Je suis depuis une dizaine d'années journaliste, professionnel dans le domaine des risques et des assurances pour le e-mag RiskAssur-hebdo (https://www.riskassur-hebdo.com) et témoin de mon époque pour https://notre-siecle.com et https://perelafouine.com RiskAssur, Notre-Siècle et PèreLaFouine proposent chaque jour de nouveaux articles issus de la rédaction : la vie des sociétés (nominations, acquisitions, accords, …), des tests/présentations de produits, des ouvrages (professionnels, romans, bd, …), … Je peux : - présenter vos produits ou nouveaux ouvrages (il suffit de me les envoyer) - écrire sur des sujets à la demande pour du référencement SEO - publier vos communiqués de presse - Publier vos AAPC - … Une question, une remarque : olivier@franol.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :