Nouvelles Uchroniques (volume 1) par Olivier Kauf

14,00 € TTC

Une uchronie est un genre littéraire et cinématographique qui repose sur le principe de la réécriture de l’histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Le terme «uchronie» est un néologisme créé par contraction de «utopie» et du préfixe grec «ou-», signifiant «non», combiné à «chronos», qui signifie «temps». Ainsi, une uchronie représente une «non-temps», une histoire alternative où certains événements historiques se sont déroulés différemment.

L’uchronie diffère de la science-fiction traditionnelle en cela qu’elle ne se projette pas dans l’avenir mais revisite le passé. Elle propose une réflexion sur l’histoire et sur les conséquences d’événements modifiés, souvent en se concentrant sur des moments charnières de l’histoire humaine. Par exemple, une œuvre uchronique pourrait explorer ce qui se serait passé si un événement majeur, comme une bataille célèbre, avait eu un résultat différent, ou si une figure historique importante n’avait jamais existé.

Ce genre permet aux auteurs d’explorer des questions du type «et si ?», offrant une vision alternative de la réalité telle que nous la connaissons. Les uchronies peuvent prendre diverses formes, allant de légères modifications de l’histoire à des changements majeurs qui altèrent radicalement le cours de l’humanité. Elles offrent un terrain fertile pour la spéculation historique, l’exploration de thématiques politiques, sociales et culturelles, et la critique de l’histoire réelle.

Catégories : , Étiquettes : , ,

Recueil de 28 nouvelles uchroniques originales par Olivier Kauf, éditées par FRANOL Services en format PDF (téléchargeable dès réception du règlement). édition : décembre 2023.

Format A5 de 154 pages, PDF imprimable.

Table des matières

  • Ségolène Royal, présidente de la République (2007)
  • La France du XXIe siècle sans énergies fossiles
  • L’année sans Covid-19 – la France de 2020
  • La disparition du général de Gaulle en 1940
  • Emmanuel Macron, l’éclipse présidentielle
  • L’échappée Royale de Louis XVI et Marie-Antoinette
  • Et si les dinosaures n’avaient pas disparue
  • La nuit où le Titanic défia les cieux
  • un Airbus A400M est percuté par un avion Rafale au dessus du Palais de l’Élysée
  • Les Russes battent les Américains  dans la course à la Lune
  • Les courants du progrès: L’ère électrique sur les routes du monde
  • L’ère des cieux silencieux
  • Les ombres d’une Tour perdue
  • Vers l’infini vert – L’ascension du monde post-pétrole (1973-2023)
  • Réseaux disparus – L’internet qui n’a jamais été
  • Les ombres du labeur – Une France sans repos
  • Les toiles d’arachnéenne du Minitel
  • Les Gilets Jaunes dans un monde sans Covid-19
  • Écrans sous contrôle
  • Si Mai 68 n’avait pas eu lieu
  • Les sillons disjoints
  • Un futur sans papier toilette
  • L’Euro-Dollar – Une Europe sous Influence Américaine au XXIe siècle
  • L’ère nouvelle : 2023, Après la victoire de la Russie
  • L’aube d’un nouveau monde : L’Ukraine triomphante
  • Le monde sans e-commerce – L’ère des marchés souterrains et de la renaissance locale
  • Le Chronomètre du Net
  • L’écho silencieux – La France sans le Baby-boom

Une uchronie est un genre littéraire et cinématographique qui repose sur le principe de la réécriture de l’histoire à partir de la modification d’un événement du passé. Le terme «uchronie» est un néologisme créé par contraction de «utopie» et du préfixe grec «ou-», signifiant «non», combiné à «chronos», qui signifie «temps». Ainsi, une uchronie représente une «non-temps», une histoire alternative où certains événements historiques se sont déroulés différemment.

L’uchronie diffère de la science-fiction traditionnelle en cela qu’elle ne se projette pas dans l’avenir mais revisite le passé. Elle propose une réflexion sur l’histoire et sur les conséquences d’événements modifiés, souvent en se concentrant sur des moments charnières de l’histoire humaine. Par exemple, une œuvre uchronique pourrait explorer ce qui se serait passé si un événement majeur, comme une bataille célèbre, avait eu un résultat différent, ou si une figure historique importante n’avait jamais existé.

Ce genre permet aux auteurs d’explorer des questions du type «et si ?», offrant une vision alternative de la réalité telle que nous la connaissons. Les uchronies peuvent prendre diverses formes, allant de légères modifications de l’histoire à des changements majeurs qui altèrent radicalement le cours de l’humanité. Elles offrent un terrain fertile pour la spéculation historique, l’exploration de thématiques politiques, sociales et culturelles, et la critique de l’histoire réelle.

Extrait

La nuit où le Titanic défia les cieux

Le 10 avril 1912, le Titanic quitta Southampton avec l’allure et la majesté que le monde attendait du plus grand navire jamais construit. Les gens le long des quais et sur les navires à proximité s’émerveillaient de sa silhouette imposante qui glissait sur la mer, une ville flottante pleine de promesses et de rêves. À son bord, il transportait les espérances de milliers d’âmes – des immigrants aux millionnaires – chacun lié à un avenir qui semblait aussi invincible que le navire lui-même.

Chapitre 1 : Les vœux de la mer

Durant les premiers jours de sa traversée transatlantique, le Titanic fendait les eaux bleu sombre de l’océan avec une élégance imperturbable, laissant dans son sillage un froissement de vagues qui était la seule preuve de son passage. À bord, la vie se déployait dans un éclat de raffinement et de luxe qui marquaient chaque instant de ce qui devait être la traversée inaugurale d’un géant des mers.

Les salons à bord étaient des havres de luxe, des cavernes d’opulence bordées de boiseries richement sculptées et de tapis moelleux qui étouffaient les bruits de pas. Les fauteuils en velours invitaient à la détente, et les tables dressées avec soin scintillaient sous le poids de l’argenterie et de la cristallerie. Des lustres en cristal dispersaient une lumière douce et chaleureuse, faisant étinceler chaque coupe de champagne et chaque sourire échangé.

Les dîners étaient des affaires somptueuses où ….

Chapitre 2 : La muraille de glace

La nuit du 14 avril avait étendu son voile d’obscurité sur l’Atlantique Nord, laissant le Titanic glisser, majestueux et assuré, dans une mer d’huile. L’océan était si calme que les étoiles semblaient se mirer à sa surface, créant l’illusion d’un navire naviguant entre deux univers célestes. Le grondement lointain des chaudières et le battement rythmique des hélices troublaient à peine le silence sacré de l’immensité marine. Toutes les lumières du navire étaient allumées, faisant du Titanic une île lumineuse en déplacement, un point scintillant dans l’immensité noire de la nuit.

À 23h40, Frederick Fleet, le guetteur assigné à la vigie du navire, se tenait dans son nid-de-pie, son regard perçant la nuit, scrutant l’horizon pour tout signe de danger. La fraîcheur de l’air était cinglante, mordant la chair et fouettant les joues, mais son esprit restait concentré, conscient de la responsabilité immense qui pesait sur ses épaules. Les longues heures de veille avaient aiguisé ses sens, lui permettant de discerner les menaces là où un œil non averti n’aurait vu que des ombres.

C’est alors que la silhouette se détacha du noir absolu, une masse plus sombre dans la pénombre, immobile et menaçante. Un iceberg, un colosse de glace, droit devant. Son cœur sauta un battement, l’adrénaline inonda ses veines tandis que sa main, presque en automatisme, se tendit vers la cloche d’alarme. Le son aigu se répercuta dans le navire, un présage funeste qui allait marquer le début d’une nuit de lutte acharnée contre les caprices de la nature.

L’alarme parvint aux oreilles du capitaine Edward Smith, un marin chevronné, dont les traits se tendirent sous l’effet de l’urgence. Il savait qu’il n’avait que des minutes, peut-être même des secondes, pour agir. Le Titanic était une merveille d’ingénierie, une puissance mécanique sans égal sur les mers, mais même lui ne pouvait défier les lois de la physique et arrêter son élan sur un coup de sifflet.

“Machines arrière toute !” ordonna-t-il, sa voix claire tranchant le bruit de fond de la salle des cartes. Les officiers …

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Nouvelles Uchroniques (volume 1) par Olivier Kauf”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page