Hier, avec assurance

Hier, les choses étaient relativement simple.

Pour entretenir votre automobile, vous alliez chez celui qui vous l’avait vendue, voire chez votre garagiste du coin de la même marque si possible.

A mois d’être connaisseur ou particulièrement confiant chez le mécano du coin avec sa si bonne réputation.

Mais, depuis la multiplication des grands de réparateurs toutes marques, la donne a changé.

Ne pouvant pas se retrancher derrière l’obligation de la marque pour faire valoir la garantie, les constructeurs ont imaginé d’autres scénarios.

L’idée de base est de faire bénéficier d’un abonnement entretien au client et l’affaire est dans le sac.

Cependant, si l’avantage est la retenue obligée d’une certaine clientèle et d’une sûreté de trésorerie, l’inconvénient de l’incertitude est de mise.

En effet, avec des mensualités fixes, l’aléa est le plus grand quand aux interventions à venir.

Sauf à prouver que celles-ci son obligatoirement hors contrat, le garagiste en est pour son portefeuille si dans la réalité le montant final excède celui prévu initialement.

Et c’est certainement là que le contrat d’assurances spécifique pourrait intervenir pour couvrir cet aléa.

Et, partant, aller plus loin pour l’avance des fonds et libérer le garagiste de l’éventuel non paiement du contrat d’abonnement d’entretien.

Visiblement, l’assurance mène à tout, il suffit de ne pas en sortir.

Hier, vous aviez un contrat.

Si vous arriviez à faire lire les lignes inscrites, l’assureur en rechignant vous payait en rechignant.

Aujourd’hui, le même recherche le rapport de force avant de faire.

Et ce n’est que devant la menace judiciaire qu’il met genoux à terre.

Alors soyez vigilant.

Hier, cela fait bien quelques décennies, lorsque vous arriviez un jour, l’assureur acceptait de vous couvrir le lendemain 0h ou plus tôt s’il y avait vraiment urgence.

Aujourd’hui, le même vous fait croire, via un pub télé, que c’est vraiment cool de le faire.

Exit mobile version